Parfois je ne suis plus le directeur, mais j’exerce un autre métier ….

Le jeudi, je suis déchargé, donc en gros je suis dans mon bureau et j’essaie de faire tous les trucs que j’ai différé quand je suis en classe.

Le perpétuel va-et-vient dans mon bureau, en particulier lors des récréations, entraîne souvent une efficacité toute relative.

Et lors de la récréation cycle 3 d’hier matin, j’ai ajouté un nouveau métier à tous ceux que je suis capable de faire. ( 1 ou 2 selon moi, une 10aine selon mes collègues, des centaines, de maître à grimpeur d’arbre ou superhéros en passant par réparateur d’ordinateur/bureau/trucs cassés de la classe selon les CPs) : dentiste.

Hier donc, un élève de CM1 débarque dans mon bureau à 10h32. Nous ne nous connaissons pas, cet élève est nouveau dans l’école.

Il arrive, très sérieux et me demande, sans sourciller si, comme l’année passée, je continue à arracher des dents.

Je l’avoue, je suis resté bouche bée. Puis je lui ai demandé pourquoi cette question.

Explication :

 » J’ai mal à une dent au fond de la bouche et M., de ma classe, m’a expliqué que l’année passée il avait eu mal à une dent. Il était venu vous voir et avec une ficelle accrochée à la porte, vous aviez arraché la dent. Et donc, est-ce que vous pouvez faire pareil pour moi ?  »

 

Derrière moi, j’entends mon AVS pouffer.

Le M en question était dans ma classe l’année passée et est un élève avec un énorme sens de l’humour et capable de d’improvisation exceptionnelle.

Un exemple parmi d’autre :

Un vendredi matin, mon complément est absente, il n’y a à l’école que 12 élèves de ma classe. Une séance est prévue dans le cadre d’un projet au conservatoire municipal.

Je pars donc avec mes 12 élèves pour le conservatoire. Sur le chemin, l’ambiance est franchement détendue et on décide de faire une blague à l’intervenante musique en lui faisant croire qu’on a oublié la moitié de la classe à l’école.

Au conservatoire, M. me demande si il peut faire la blague à notre musicienne.

Nous nous mettons en rang et l’attendons. La porte s’ouvre, l’intervenante est très surprise de ne voir que la moitié de la classe. M. lui explique donc pourquoi :

  • Eh ben sur le chemin, on a joué à cache-cache. Je devais chercher les autres et je n’ai réussi à trouver que ceux-là.

L’intervenante, les autres élèves et moi sommes stupéfaits devant l’explication fournie et la conviction avec laquelle elle a été énoncée.

La musicienne, mi-amusée mi-inquiète m’interroge du regard. Je lui explique donc où sont les autres et mes élèves rigolent de cette bonne blague.

 

Pour finir avec mes talents de dentiste, une fois remis de ma surprise, je joue tout d’abord le jeu de M. en demandant à son ami quel instrument il préfère pour arracher les dents, entre le marteau et le ciseau cranté, ma tenaille étant égarée dans l’école.

Il comprend alors que l’autre l’a fait marcher et se marre. Puis il retourne en récréation.

 

Épilogue ce matin, en discutant avec sa maîtresse, complice silencieuse de M. Elle m’explique que lorsqu’il est revenu dans la cour, il a expliqué à M. que je ne pouvais pas arracher de dents actuellement car j’avais perdu ma tenaille.