Spectacle, fin d’année, bonheur et pointe de tristesse

Le mois de juin commence, avec lui la saison des spectacles de fin d’année.

Le spectacle à la fin de l’année c’est l’aboutissement d’un an de travail, de sueurs, de gueulantes, de plaisir, de petites joies, de grandes réussites, de découvertes.

 

Cette année, pour moi c’était danse. Mais attention, pas la danse contemporaine, de la danse classique, avec un danseur de balai.

Un an de travail à l’école, à répèter nos mouvements, nos pas, les différentes parties du spectacle, les chansons.

Un an à faire accepter leur corps à certains, à faire accepter lefait de danser avec un partenaire, à le tenir concentrer sur leurs gestes, etc …

Un an de bonheur à les voir évoluer, changer, se transformer, s’éclater

Et donc hier c’était la représentation devant les parents, dans un auditorium.

Le tract était là, pour tous.

Et tout commence d’abord par un pincement au cœur, quand on voit arriver une élève, toute coiffée, habillée, presque endimanchée, mais seule, avec juste une copine d’une autre classe pour l’accompagner …

Comment peut-on faire ça à une enfant, encore plus à cette petite fille-là, qui est toujours motivée, toujours souriante, toujours partante, qui est pleine de vie malgré ses soucis de santé…

 

Les enfants entrent dans la salle ( il y a 2 classes de  2 écoles différentes qui dansent ensemble ).

On les installe.

Les parents rentrent, on donne quelques consignes.

Le spectacle commence, les 40 enfants sont seuls sur scène, sans le danseur, sans leurs maîtres et maîtresses, sans la chef de coeur.

Ils font leur spectacle, concentré, sérieux, un peu stressé. Ils cherchent du regard un appui, une aide, un réconfort.

Ils font bloc, ce ne sont plus 2 classes qui dansent ensemble mais une compagnie de petits danseurs qui présentent son spectacle.

Les parents sont silencieux, surpris,enchantés par leurs enfants.

Et les tableaux, les chansons s’enchainent, avec fluidité, avec quelques ratés mais qu’ils essaient de corriger d’eux-même ( un peu d’avance sur une danse, ils ralentissent tout seul, doublent un salut, bref ils gèrent ).

Fin du spectacle, tonnerre d’applaudissements, bien mérité. Ils sont fier, ils sont heureux.

Quelques mots du danseur et on fait un Bis du dernier chant.

 

Puis c’est la fin, les parents sortent, les enfants remettent leurs chaussures, on discute quelques minutes

  • Alors vous êtes contents ?
  • Oui, mais quand même on a fait des erreurs et sur la danse des Barons on était trop rapide

Un an de travail et ils sont devenus très/trop exigeants sur leur danse, envers eux

On dit au revoir à notre danseur, et on repart voir les parents.

Beaucoup de remerciements de leur part, ils ont été surpris du contenu et de la qualité.

Les enfants partent, on boit un verre entre enseignants, intervenants, pour le plaisir de ce spectacle réussi.

Il va falloir aussi leur expliquer leur pourquoi du bis, du rappel, certains ont cru qu’ils avaient mal chanté ..

Mais ( eh oui il y a un mais ), un spectacle de fin d’année c’est aussi le signe que la fin est proche, qu’il va falloir les laisser partir en vacances et puis dans une autre classe.

Alors on va profiter de ce dernier mois, de cette classe vraiment à part, adorables, autonomes, avec qui j’ai pu passer une année vraiment exceptionnelle et qui m’a souvent apporté des bouffées d’oxygène quand le boulot de la direction pouvait être lourd, très ou trop lourd.

On a pu partager des moments exceptionnels de travail mais aussi autour. Ils ont subi, eux-aussi, sans bruit, les dysfonctionnement de certains grands.

Je ne sais pas si un jour je rencontrerai à nouveau une classe comme celle-ci dans ma carrière, merci donc à vous, mes CE2 😉