Rihana

 

Ce matin, Sérah n’est pas dans son assiette.

Je n’ai pas droit au Bonjouuuur qui illumine la première tache de ma journée : l’accueil au portail.

Néanmoins elle reste à côté de moi, dans mon ombre avec la capuche sur la tête. Quand le flot des élèves est un peu moins dense je me tourne vers elle.

  • Qu’est ce qui se passe ma belle ? je lui demande en posant un genou à terre.
  • Maîtresse, c’est horrible.
  • Qu’est-ce qui est horrible, Sérah ?

Je vois ses larmes couler, je crains le pire, mon cerveau est déjà en train de se faire des scénarios de folie : un mois qu’elle est dans ma classe, ce n’est pas suffisant pour connaître sur le bout des doigts cette poulette !

  • Ma mère … (re-scénarios) Je vais te montrer quelque chose trop moche Maîtresse …

Elle enlève sa capuche et je découvre des cheveux crépus très courts. Avec une belle démarcation entre les deux épaisseurs tondues. Sabots 1 et 3 millimètres, je dirais. Au revoir jolies rallonges ! Au revoir les heures à se faire tresser les cheveux crépus par les tatas devant la télé !

  • Mais … C’est super chouette cette nouvelle coupe, Sérah ! je lui balance en lui secouant les épaules. Montre moi mieux ! Tourne toi ! C’est carrément moderne !
  • Non c’est horrible ! Les autres vont se moquer de moi !
  • Impossible, ça te va trop bien ! Tu es belle comme un cœur !
  • Ils vont se moquer Maîtresse ! Ils vont dire que je ressemble à un garçon !!!
  • T’inquiète ma caille, je m’en occupe ! S’il y a un élève qui rigole, je le fracasse.

Je l’amène jusqu’au rang qui est en train de se former et j’empêche la môme de remettre sa capuche.

  • Regardez comme Sérah est belle avec sa nouvelle coupe de cheveux ! je leur lance avec un grand sourire encourageant et un froncement de sourcils menaçants.

Ils comprennent tout de suite mon message et crient des Waouuuuuuh vraiment sincères !

On rentre en classe, chacun trouve sa nouvelle place. C’est dans le contrat : on change de voisin après les vacances, on apprend à travailler à côté de plein de copains différents. Au moment où je fais l’appel, j’entends encore ma brebis tondue renifler. Sans lever la tête je lui lance :

  • Sérah, tout va bien, allez installe-toi !
  • Mais Maîtresse, à la cantine, les autres élèves, ils vont dire quoi ?

Je relève la tête et je la fixe bien droit dans les yeux.

 

  • Ecoute-moi bien Sérah, ils ne diront rien ! Et s’ils te posent la question, tu leur diras que ta mère t’a fait la coupe de Rihanna ! C’est grave à la mode et réussi, crois-moi !

 

Un silence de plomb s’installe dans la classe.

Je comprends au moment où j’entends au fond à droite un petit reniflement.

Je suis en train de fixer Vivien.

Au fond à gauche.

 

 

©KatyRastel

@TousmesSoleils